lundi 16 juin 2008

Le témoignage d'un bénéficiaire

Suite au relai effectué sur paperblog, "myboy" livrait ce témoignage :

"Bonjour, je suis tombé par hasard sur cet article car je faisais des recherches sur google, justement pour envoyer un message aux responsables du resto du coeur d'albi madeleine.C'est la première fois que je suis inscrit la bas comme bénéficiaire, mais je suis trés étonné par les comportements la bas. J'y suis allé 2 fois,et j'y suis ressorti avec l'envie de tout balancer à la poubelle;et j'ai décidé de ne plus y aller, car la manière de donner vaut mieux que ce que l'on donne. Parfois, je me demande ce qui pousse les gens à se porter bénévoles. Sont ils vraiment obligés d'y aller? Leur arrive t-ils souvent de demander aux bénéficiaires ce qu'ils pensent? Ce qu'on nous donne la bas, est ce que c'est eux qui nous l'ont payé? Par respect pour coluche, et pour les milliers de bénévoles correctes qui se battent avec générosité et désintéressement pour nous aider, je ne vais pas m'étendre dans les critiques ouvertes, mais c'est vrai qu'à albi madeleine,on dirait que certains parmi ceux qui font office de responsables, y ont atterri par un coup de pied au derrière.En lisant votre article, j'ai l'impression qu'il y'a beaucoup de problèmes la bas. Sont ils obligés de rester? Que gagnent ils à travailler bénévolement là où ils ont des problèmes?"

2 commentaires:

dodie-76 a dit…

salut
je passe par hasard sur ton blog
je viens pas te mettre une pub ou te dire que ton blog est génial alors que j'ai pas dépassé le 1er article ^^
juste te dire que je t'ai mis +5 car je suis d'humeur généreuse aujourd'hui ^^
bonne journée à toi
@+

P.S.: mon pseudo boosterblog est dodie-76 si tu veux vérifier ; )

Anonyme a dit…

bonjour , je passe par hasard,
comme bénéficiaire je viens d'emménager dans le 42 à roanne,l'accueil est ps fameux, pas de toilettes, interdiction de rester devant les batiments, on est surveillés entrée et sortie, et harcelé quand notre situation change, parce que nous
sommes stigmatisés un peu plus dans la pauvreté.
déjà qu'on collectionne les emmerdes! ils en rajoutent. J'ai déchiré ma carte a ujourd'hui.