lundi 16 juin 2008

Le témoignage d'un bénéficiaire

Suite au relai effectué sur paperblog, "myboy" livrait ce témoignage :

"Bonjour, je suis tombé par hasard sur cet article car je faisais des recherches sur google, justement pour envoyer un message aux responsables du resto du coeur d'albi madeleine.C'est la première fois que je suis inscrit la bas comme bénéficiaire, mais je suis trés étonné par les comportements la bas. J'y suis allé 2 fois,et j'y suis ressorti avec l'envie de tout balancer à la poubelle;et j'ai décidé de ne plus y aller, car la manière de donner vaut mieux que ce que l'on donne. Parfois, je me demande ce qui pousse les gens à se porter bénévoles. Sont ils vraiment obligés d'y aller? Leur arrive t-ils souvent de demander aux bénéficiaires ce qu'ils pensent? Ce qu'on nous donne la bas, est ce que c'est eux qui nous l'ont payé? Par respect pour coluche, et pour les milliers de bénévoles correctes qui se battent avec générosité et désintéressement pour nous aider, je ne vais pas m'étendre dans les critiques ouvertes, mais c'est vrai qu'à albi madeleine,on dirait que certains parmi ceux qui font office de responsables, y ont atterri par un coup de pied au derrière.En lisant votre article, j'ai l'impression qu'il y'a beaucoup de problèmes la bas. Sont ils obligés de rester? Que gagnent ils à travailler bénévolement là où ils ont des problèmes?"

dimanche 20 janvier 2008

Les "Restos" ont-ils toujours un coeur

Récemment, quatre bénévoles du centre de distribution d'Albi-La Madeleine ont été exclues après des années de bons et loyaux services. Elles faisaient pourtant partie des "valeurs sûres" de ce centre avec une grande disponibilité (présence trois fois par semaine) et étaient appréciées des bénéficiaires. Ont-elles eu l'impudence de discuter certaines décisions prise de manière autoritaire ? Toujours est-il qu'en dépit du soutien massif des bénéficiaires et d'une grande partie des bénévoles, le bureau départemental les juge indésirables et la porte du centre leur est désormais fermée. Une demande d'arbitrage a été adressée à Paris.

Quelle tristesse de voir cette grande maison de la solidarité devenir une maison de l'exclusion ...

Ce cri du coeur ne remets pas en cause l'action des "Restos" qui restent exemplaire mais veut dénoncer un dysfonctionnement du centre d'Albi-La Madeleine qui semble avoir oublié l'importance de la valeur humaine qui a longtemps guidé cette association.

Une ancienne bénévole solidaire des exclues.

(Le Tarn Libre, Courrier des lecteurs, 18 janvier 2008)