lundi 10 décembre 2007

Restos du coeur d'Albi : l'hypocrisie continue !

Me voici dans l'obligation de revenir sur le sujet de mon billet précédent, impliqué que je suis depuis vendredi dans cette manoeuvre.

Vendredi, donc, les cinq "exclues" sont convoquées au bureau départemental. Bien que ne faisant plus partie de l'association (on a refusé de les inscrire le 26 novembre), il leur est spécifié qu'elles sont radiées des Restos du coeur, car elles se sont rendues coupables d'avoir porté l'affaire sur la place publique ! Pour "preuve", une photocopie d'un commentaire posté sur un article paru sur le site internet du journal régional, commentaire correspondant à un "copié/collé" de mon billet. Me concernant, aucun probléme : ce billet est fait pour être lu et éventuellement utilisé. Mais, concernant les responsables des Restos, cela semble être un drame : on ose évoquer leurs faits et gestes dans la presse ! Auraient-ils donc honte des actions qu'ils mènent depuis un mois et demi qu'il faille les cacher ?

Souvenez-vous de mon billet précédent : le 26 novembre,suite à la pseudo-démission collective, on refuse d'inscrire les cinq "exclues". Le 7 décembre, on leur signifie qu'elles sont radiées pour avoir porté l'affaire sur la place publique ! Les maîtres de l'absurde sont battus à plate-couture : cinq personnes radiées d'une association dont elles ne font pas partie ! Si la situation n'était pas si injuste, elle en deviendrait presque comique. Mais comme depuis le début de cette histoire, aucune raison ne peut être avancée pour justifier les exclusions, il faut bien tenter de se rattacher à la moindre branche passant à sa portée ...

Jusqu'où seront repoussées les frontières du ridicule ? A l'heure à laquelle ce billet est rédigé, nous n'en savons encore rien. J'oserai presque dire que nous attendons la suite avec impatience ...

(La semaine dernière, les cinq "exclues" ont rencontré les bénéficiaires pour leur expliquer pourquoi ils ne les verraient plus lors des distributions. Elles ont reçu un soutien très fortement majoritaire, certains bénéficiaires demandant ce qu'ils pouvaient faire pour les aider, d'autres évoquant une pétition qu'ils pourraient faire signer. Ces marques de sympathie surpassent largement tous les coups bas qu'elles ont pu subir; elles arrivent à rehausser un moral souvent en baisse ces derniers temps.)


Ces quelques mots pour ne pas oublier ... Ces quelques mots pour que cette situation ne se reproduise jamais, ni au Restos du coeur, ni dans une autre association, ni à Albi, ni ailleurs ...